NOT © 2018 Mentions légales - Créé par Impulsion créative.com

MEMBRE INFERIEUR

ARTICULATION DE LA HANCHE

L'ARTHROSE

QU’EST-CE QUE L’ARTHROSE DE LA HANCHE ?

L'arthrose de la hanche est une détérioration du cartilage articulaire de l'articulation coxo-fémorale, articulation entre l'os de la cuisse (le fémur) et le bassin.

Elle est très invalidante car elle touche, comme celle du genou, de grosses articulations qui portent le poids du corps. Le dysfonctionnement de l'articulation coxo-fémorale peut provoquer une gêne importante à la marche. L'arthrose peut évoluer lentement (sur plus de dix ans) ou devenir invalidante plus rapidement.

La coxarthrose est trois fois moins fréquente que l’arthrose du genou.

Elle débute par une dégénérescence du cartilage, puis évolue vers l'atteinte de toutes les structures de l'articulation et, en particulier, de l'os situé sous le cartilage. Néanmoins, le vieillissement normal du cartilage au cours de la vie ne peut pas provoquer à lui seul une arthrose.

 

Un cartilage articulaire de bonne qualité est indispensable à la mobilité de l'articulation

LE DIAGNOSTIC DE L'ARTHROSE DE LA HANCHE
 

Un examen clinique est réalisé par le médecin traitant qui peut être amené à demander un avis spécialisé auprès d'un rhumatologue ou d'un chirurgien orthopédique.

L'examen clinique consiste à :

  • évaluer la gêne ressentie et la limitation de l'autonomie (distance de marche possible, gêne à l'habillage, gene pour la montée et descente des escaliers…..) ;

  • identifier les mouvements qui réveillent la douleur ;

  • évaluer, debout et à la marche, les déviations d'axes des jambes, le positionnement du bassin ;

  • apprécier la mobilité de la hanche.

L'examen médical de la hanche se pratique debout, pendant que la personne marche (pour repérer une boiterie ou une attitude anormale), puis en position allongée.

Une radiographie des deux hanches confirme l'existence d'une arthrose caractérisée par :

  • la diminution de l'espace entre les deux extrémités osseuses, du fait de l'amincissement du cartilage ;

  • une densification de l'os sur lequel repose le cartilage ;

  • la prolifération d'os (ostéophyte).

Elle précise sa nature primitive ou secondaire (existence d'une malformation anatomique, par exemple).

Il est rare que d'autres examens soient nécessaires.

LE TRAITEMENT DE L'ARTHROSE DE LA HANCHE

 

L'arthrose de la hanche est une maladie qui persiste. Aucun traitement ne permet de la guérir, mais il est possible de soulager efficacement la douleur et de ralentir l'évolution par des mesures hygiéno-diététiques, des médicaments, de la rééducation et des exercices adaptés à chaque cas.

 

1 // LE TRAITEMENT MÉDICAL DE L'ARTHROSE DE LA HANCHE

L'arthrose est une maladie chronique qui persiste mais dont l'évolution est ralentie, même dans les formes avancées, grâce au traitement médical et à une bonne hygiène de vie.

Le traitement medical de l'arthrose de la hanche repose sur l'association de plusieurs mesures :

  • une bonne hygiène de vie : des activités physiques adaptées, une perte de poids lorsqu'elle est nécessaire ;

  • le traitement médicamenteux pour soulager la douleur lors des poussées inflammatoires d'arthrose : le paracétamol est utilisé en première intention et, s'il n'est pas efficace, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ;

  • le port d'orthèses et l'utilisation de cannes ;

  • la rééducation avec établissement d'un programme personnalisé (type d'exercices, fréquence, intensité) guidée au début par un kinésithérapeute et poursuivie ensuite par le patient seul à son domicile ;

  • si nécessaire, des infiltrations de corticoids ou d’acides hyaluroniques qui agissent sur la douleur. Mais ces infiltrations n'ont aucun effet sur la structure du cartilage.

2 // LE TRAITEMENT CHIRURGICAL ( PROTHESE DE HANCHE )

 

Dans la majorité des cas, c'est la prothèse totale de hanche qui est mise en place. Elle comporte une pièce fémorale montée sur une tige, qui vient s'articuler sur une pièce cotyloïdienne en forme de cupule.

 

La pose de la prothèse de hanche peut se faire par voie antérieure (incision devant au niveau de la cuisse) ou par voie postérieure (incision au niveau de la fesse) chaque technique a ses avantages et ses inconvenients, une discussion avec votre chirurgien permettera de choisir la meilleure voie.

Il existe de nombreux modèles de prothèses. Pour que cet implant soit le plus adapté au patient, son choix tient compte de son état de santé, de son âge, de la forme anatomique de la hanche.

 

LES SOINS MÉDICAUX ET DE RÉADAPTATION APRÈS L’INTERVENTION:

 

L’hospitalisation dure entre deux et sept jours.

L’appui et la marche s’effectuent dès le premier jour.

Des protocoles de recuperation rapide sont mis en place.

Une mobilisation précoce du patient, associée à la kinésithérapie, est un facteur-clé d'une évolution favorable.

Son but est de permettre au patient de retrouver ses activités de la vie de tous les jours le plus rapidement possible.

 

Un traitement anticoagulant est nécessaire pendant environ 6 semaines. Les anticoagulants utilisés sont administrés :

Il est associé au port d’une contention des membres inférieurs (mi-bas de contention) pour prévenir les phlebitis et les embolies pulmoniares.

 

La réadaptation par le kinésithérapeute est commencée le plus tôt possible après l’intervention en milieu hospitalier. Le rééducateur explique les gestes à ne pas faire et les exercices à réaliser chez soi, entre les séances de rééducation. Ces séances ont lieu, si tout va bien, dans le cabinet du kinésithérapeute ou au domicile et plus rarement en établissement de reéducation.

Radiographie d’une hanche arthrosique.
1. Pincement articulaire
2. Ostéophytes

Prothèse de hanche